Bienvenus sur le site de la Rose-Croix de la Guyane.

Implanté depuis 1972 sur ce territoire, notre Ordre dispose aujourd'hui de locaux où sont menées des activités réservées aux membres mais également des activités ouvertes au public. Vous trouverez sur ces pages les informations concernant les activités publiques et réservées aux membres : conférences, séminaires, réunions-débats, etc.  Nos rubriques Média et Vidéos vous propose également des documents, des supports vidéos et textes qui vous permettront de mieux faire connaissance avec la philosophie Rosicrucienne. Nous vous invitons à les consulter.

Bonne visite.

Calendrier des activités accessibles au public

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

L’Ordre de la Rose-Croix, aussi connu sous le nom d'Ancien et Mystique Ordre de la Rose‑Croix (A.M.O.R.C.), est un mouvement philosophique, initiatique et traditionnel.

Non religieux et apolitique, il est ouvert aux hommes comme aux femmes, sans distinction de race, de nationalité, de classe sociale ou de religion.

Reconnu d'utilité publique dans plusieurs pays en raison de sa contribution à la culture, à l'éducation et à la paix, il a pour devise :

« La plus large tolérance dans la plus stricte indépendance. »

 

Extrait de l'ouvrage "La trilogie des Rose-Croix"

Diffusion Rosicrucienne


Extrait de Confessio fraternitatis

« Nous ne possédons d’autre Philosophie que celle qui est le faîte et la somme, le fondement et le contenu de toutes les facultés, de toutes les sciences, de tous les arts, philosophie qui (si nous regardons notre époque), comporte beaucoup de Théologie et de médecine, mais peu de choses de la sagesse des homme de Loi, et qui cherche diligemment à la fois les cieux et la terre ; ou, pour en parler brièvement, ce qui manifeste et annonce suffisamment l’Homme ; raison pour laquelle tous les gens instruits qui se feront alors connaître à nous, et s’engageront dans notre Fraternité, découvriront plus de merveilleux secrets auprès de nous qu’ils n’en avaient jusqu’alors approchés, qu’ils n’en connaissaient jusqu’alors, ou qu’ils sont capables de croire ou de dire. »

Extrait des Noces Chymiques de Christian Rosenkreutz

« Étranger, salut ; si tu as jamais entendu parler des Noces du Roi, pèse exactement les paroles que voici : le Fiancé te donne le choix entre quatre routes, qui toutes mènent au Palais du Roi, pour peu que tu ne t’écartes pas du bon chemin. La première est brève, mais dangereuse, et elle passe par divers écueils que tu auras grand peine à éviter. L’autre est plus longue, elle te fera suivre des détours sans t’égarer : elle est plane et facile, si tu ne te laisses détourner ni vers la droite ni vers la gauche, grâce à la boussole. La troisième est la véritable voie royale, fêtes et spectacles royaux agrémentent le voyage. Mais à peine un sur mille l’a empruntée. Jamais aucun mortel n’a pu atteindre le Palais du Roi par la quatrième route, qui mène au trépas du voyageur et ne convient qu’aux corps incorruptibles. Choisis donc parmi les trois, celle qui te convient, et persévère. Sache bien aussi, quelle que soit la voie prise : en vertu d’un Destin immuable, tu ne peux revenir en arrière, sous peine de périls mortels. »

Extrait de Confessio fraternitatis

« Cependant, nous savons qu’après un certain temps il y aura dorénavant une réforme générale, à la fois des choses divines et des choses humaines, selon notre désir et selon ce que souhaitent et à quoi s’attendent d’autres : comme il est bon qu’avant le lever du Soleil, apparaissent en avant-coureurs, l’Aurore, ou quelque purification, ou Lumière divine dans le ciel : ainsi, durant cet intervalle, quelques-uns, peu nombreux, qui donneront leur nom, pourront se joindre ensemble, et accroître par là et le nombre de ceux faisant partie de notre Fraternité et le respect à son égard, et contribuer au début heureux et souhaité de nos Canons Philosophiques à nous prescrits par notre frère R.C. et faire partie de ceux qui partagent avec nous nos trésors (qui ne peuvent jamais faire défaut ou être dilapidés) en toute humilité, et avec amour afin d’être libérés du fardeau de ce monde, et ne pas marcher aussi aveuglément dans la connaissance des œuvres merveilleuses de Dieu. »