Bienvenus sur le site de la Rose-Croix de la Guyane.

Implanté depuis 1972 sur ce territoire, notre Ordre dispose aujourd'hui de locaux où sont menées des activités réservées aux membres mais également des activités ouvertes au public. Vous trouverez sur ces pages les informations concernant les activités publiques et réservées aux membres : conférences, séminaires, réunions-débats, etc.  Nos rubriques Média et Vidéos vous propose également des documents, des supports vidéos et textes qui vous permettront de mieux faire connaissance avec la philosophie Rosicrucienne. Nous vous invitons à les consulter.

Bonne visite.

Calendrier des activités accessibles au public

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

L’Ordre de la Rose-Croix, aussi connu sous le nom d'Ancien et Mystique Ordre de la Rose‑Croix (A.M.O.R.C.), est un mouvement philosophique, initiatique et traditionnel.

Non religieux et apolitique, il est ouvert aux hommes comme aux femmes, sans distinction de race, de nationalité, de classe sociale ou de religion.

Reconnu d'utilité publique dans plusieurs pays en raison de sa contribution à la culture, à l'éducation et à la paix, il a pour devise :

« La plus large tolérance dans la plus stricte indépendance. »

 

Extrait de l'ouvrage "Réflexions rosicruciennes"

Christian Bernard (Auteur), Diffusion Rosicrucienne


Extrait du chapitre « Le Bonheur »

« Étant donné que le bonheur s’apparente à un état de plénitude, il suppose de vivre en harmonie avec un ordre établi, c’est-à-dire conformément aux lois qui régissent l’homme en particulier et la nature en général. Cet état ne peut être appréhendé que par l’intermédiaire de notre Moi intérieur. Le bonheur est donc le parfum de notre cœur, l’émotion de notre âme. Tel un ange gardien, si nous le voulons, il peut être un compagnon de route, une source de quiétude et de sérénité. »

 

Extrait du chapitre « Humilité, Dignité, Courage »

« Comment comprendre et aimer, si nous sommes ainsi à la merci du jeu de notre ego ? Comment aussi pouvons-nous supposer que nous progressons sur le sentier de la connaissance impersonnelle, si le résultat de notre travail n’est qu’une exaltation de notre moi objectif ? Être humble, c’est aussi savoir nous oublier nous-mêmes, dans nos rapports avec les autres. C’est considérer que quelles que soient notre fonction, nos responsabilités et notre place dans la société, nous sommes et restons des serviteurs. C’est en servant autrui que nous nous trouvons nous-mêmes et que nous réalisons notre nature intérieure, car alors, nous avons fait vibrer en nous la part de notre étincelle divine à l’unisson de celle de tout être vivant. »