Bienvenus sur le site de la Rose-Croix de la Guyane.

Implanté depuis 1972 sur ce territoire, notre Ordre dispose aujourd'hui de locaux où sont menées des activités réservées aux membres mais également des activités ouvertes au public. Vous trouverez sur ces pages les informations concernant les activités publiques et réservées aux membres : conférences, séminaires, réunions-débats, etc.  Nos rubriques Média et Vidéos vous propose également des documents, des supports vidéos et textes qui vous permettront de mieux faire connaissance avec la philosophie Rosicrucienne. Nous vous invitons à les consulter.

Bonne visite.

Calendrier des activités accessibles au public

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

L’Ordre de la Rose-Croix, aussi connu sous le nom d'Ancien et Mystique Ordre de la Rose‑Croix (A.M.O.R.C.), est un mouvement philosophique, initiatique et traditionnel.

Non religieux et apolitique, il est ouvert aux hommes comme aux femmes, sans distinction de race, de nationalité, de classe sociale ou de religion.

Reconnu d'utilité publique dans plusieurs pays en raison de sa contribution à la culture, à l'éducation et à la paix, il a pour devise :

« La plus large tolérance dans la plus stricte indépendance. »

 

Extrait de l'ouvrage "La prière du cœur"

Aline Charest (Auteur), Edition Rosicrucienne


Extrait du chapitre « La prière mentale »

« Pour tous les habitués de la prière, la chose la plus importante, quand on prie, est de se trouver en présence du Dieu vivant, quel que soit le visage qu’on lui donne. Celui qui prie « doit se pénétrer de sa réalité divine. Il doit chercher la face de Dieu et se frayer un chemin vers le cœur de Dieu. Il faut que naisse ce dialogue essentiel où le « je » de l’homme s’affirme en face de son véritable « tu » : Dieu. Car c’est finalement ce qui est important, à tel point que si dans la prière on trouve cette présence tout de suite, il n’y a qu’à s’en tenir là, même s’il n’y a plus de place pour des questions, des pensées ou des résolutions ».

Extrait du chapitre « L’art de prier des mystiques »

«« Le rosicrucien sait que la pratique mystique de la prière n’est pas seulement la plus riche en résultats, elle est aussi la méthode la plus logique. Le mystique affirme que tout est possible sur le plan divin, excepté ce qui s’opposerait à la nature même de dieu. En conséquence, une requête ou une demande négative reste vaine. […]

Pour Ralph Maxwell Lewis, la prière est efficace quand la personne qui prie comprend la manière dont elle fonctionne, en accord avec les lois cosmiques établies par dieu, et qu’elle s’y conforme dans ses demandes. « Le mystique ne demande pas la réalisation complète d’un projet particulier, mais plutôt l’illumination qui lui permettra, par ses efforts, de réaliser ce projet », conseille-t-il. Il conclut en disant que « tout ce qui est conforme aux lois cosmiques peut être, un jour ou l’autre, accompli par l’homme. Rien n’est donné à l’homme, mais c’est l’homme qui dirige et rassemble les pouvoirs cosmiques auxquels il accède, pour réaliser ses desseins ».

Extrait du chapitre « La prière qui guérit »

« Les recherches médicales sur la prière nous apprennent que non seulement la prière est efficace quand elle est faite dans des conditions optimales, mais qu’il y a plusieurs façons de prier. En effet, les méthodes différentes, enseignées par diverses traditions mystiques, ont été productives : que l’on demande quelque chose de précis, comme le renforcement de notre système immunitaire, ou que l’on dise des formules plus générales, telles « Que votre volonté soit faite » ou «  Que le meilleur arrive » ; que l’on prie à voix haute ou en silence, éloigné de l’objet de nos prières ou à son chevet. « Toutes ces approches ont produit des résultats quand elles ont été mises à l’épreuve. […]

Pouvons-nous, cependant, isoler un ingrédient essentiel au bon fonctionnement de la prière ? De la multitude d’expériences sur la prière et l’état de prière, il ressort que l’amour — soit la compassion, l’empathie et l’affection sincère — est la qualité la plus indispensable à la prière. Aimer signifie être capable de s’abandonner, oser s’aventurer hors de l’être, abattre les frontières qui nous séparent de notre prochain. »