Bienvenus sur le site de la Rose-Croix de la Guyane.

Implanté depuis 1972 sur ce territoire, notre Ordre dispose aujourd'hui de locaux où sont menées des activités réservées aux membres mais également des activités ouvertes au public. Vous trouverez sur ces pages les informations concernant les activités publiques et réservées aux membres : conférences, séminaires, réunions-débats, etc.  Nos rubriques Média et Vidéos vous propose également des documents, des supports vidéos et textes qui vous permettront de mieux faire connaissance avec la philosophie Rosicrucienne. Nous vous invitons à les consulter.

Bonne visite.

Calendrier des activités accessibles au public

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

L’Ordre de la Rose-Croix, aussi connu sous le nom d'Ancien et Mystique Ordre de la Rose‑Croix (A.M.O.R.C.), est un mouvement philosophique, initiatique et traditionnel.

Non religieux et apolitique, il est ouvert aux hommes comme aux femmes, sans distinction de race, de nationalité, de classe sociale ou de religion.

Reconnu d'utilité publique dans plusieurs pays en raison de sa contribution à la culture, à l'éducation et à la paix, il a pour devise :

« La plus large tolérance dans la plus stricte indépendance. »

 

Extrait de l'ouvrage "Les rêves, messagers de l’âme"

Robert Blais (Auteur), Edition Rosicrucienne


Extrait du chapitre « La science des rêves »

« La vertu thérapeutique du rêve lucide provient précisément du fait que la seule manière de guérir les grandes blessures psychiques, c’est de faire face aux peurs secrètes qu’elles ont générées, par un acte de conscience. Voilà ce qu’accomplit le rêveur lucide lorsqu’il fait face à ses propres dragons pendant son sommeil. Des psychologues américains ont observé que les personnes qui font un ou deux rêves lucides par mois présentent un état psychologique plus sain que la moyenne. De grands mystiques pratiquent et recommandent ce genre d’expériences. On a vu déjà que, durant ses rêves, le maître tibétain Milarepa « pouvait traverser l’univers sans empêchement». D’autre part, Ibn Arabi, mystique soufi du XIIe siècle, encourage le contrôle des rêves : « L’individu doit pouvoir contrôler ses pensées alors qu’il rêve. L’exercice de cette vigilance rapportera de grands bénéfices. Chacun devrait s’efforcer d’acquérir une capacité d’une si grande valeur. » » »

Extrait du chapitre « La spiritualité des rêves »

« La tradition spirituelle traite d’un phénomène souvent lié aux rêves : la projection du corps psychique durant le sommeil. Comme nous l’avons indiqué, Platon et Pythagore, en prolongement des écoles de mystères égyptiennes, ont enseigné que l’âme quittait le corps durant le sommeil et qu’elle devenait ainsi réceptive aux inspirations divines, dont certaines peuvent alimenter les rêves. […]

La tradition rosicrucienne propose également un enseignement similaire. Elle déclare que le corps psychique quitte le corps physique durant le sommeil. Il peut alors se projeter en d’autres lieux terrestres et même atteindre des niveaux d’existence différents de ceux que le rêveur connaît durant la veille. Ainsi, lorsqu’une personne rêve d’un lieu qu’elle n’a jamais visité physiquement et qu’elle reconnaît parfaitement lors d’un voyage subséquent, on peut penser que le rêve a intégré un élément du voyage nocturne de l’âme. »

Extrait du chapitre « L’interprétation des rêves »

« Il est bien connu que les expériences douloureuses de notre enfance prennent souvent un long temps à guérir. Les émotions réprimées s’entassent dans l’inconscient individuel, formant ce que Jung appelle l’ombre. Elles affectent le développement de notre personnalité et influencent nos comportements au point de nécessiter une assistance thérapeutique pour certaines personnes. Or, beaucoup de nos rêves se rapportent à ces impulsions réprimées dans le bas âge. Ils servent d’exutoire et permettent une sorte d’« aération » de l’inconscient. Voilà pourquoi bien des thérapeutes utilisent les rêves de leurs clients pour les aider à résoudre leurs problèmes psychologiques. Il est reconnu que le fait d’écrire et d’analyser nos rêves constitue une sorte d’auto-analyse parfois exigeante mais toujours bénéfique. »